Une rue principale piétonne, des fondations communautaires et un centre de désintoxication sont autant de moyens de revitaliser une petite ville. Cependant, il n’y a pas de solution facile. La ville ne sera jamais plus la même. Cela peut être particulièrement difficile pour les petites villes qui ont été dévastées par une catastrophe naturelle. Mais il existe des mesures qui peuvent être prises. Voici quelques idées :

Une rue principale praticable

La situation économique des petites villes peut influencer le succès ou l’échec d’une rue principale. En Amérique, par exemple, une ville qui s’appuie sur le tourisme et un petit centre-ville peut être en mesure de survivre. Dans les zones rurales, cependant, une rue principale praticable à pied peut n’être viable que si ses habitants ne vivent pas dans une banlieue riche. Dans ce cas, les habitants peuvent opter pour une rue principale piétonne lorsqu’ils font des achats quotidiens, plutôt que de dépenser leur argent durement gagné dans un centre commercial.

 Pendant de nombreuses années, le centre des petites villes était défini par une intersection très fréquentée. Les trottoirs étaient trop étroits et les gens ne pouvaient pas marcher facilement. L’absence d’une rue principale praticable à pied faisait de la ville un endroit dangereux à vivre. Certains habitants ont eu recours à des cafés temporaires, mais cette stratégie n’a pas fonctionné. Il est nécessaire d’investir dans l’amélioration des infrastructures pour créer un centre-ville praticable à pied.

Fondation communautaire

Redonner vie aux communautés par le biais de fondations communautaires est un phénomène de plus en plus courant. Auparavant, les fondations communautaires étaient considérées comme un risque potentiel, mais aujourd’hui, elles acceptent leur rôle pour influencer les politiques et restaurer les petites villes. Les fondations communautaires peuvent également jouer un rôle important dans la commémoration des êtres chers et peuvent accepter des legs et des désignations de bénéficiaires. Dans certaines communautés, les fondations communautaires font même office de capital-risque social.

Lorsqu’il s’agit de redonner vie aux petites villes, l’un des moyens les plus efficaces est de faire participer la communauté à des activités civiques. Les places publiques sont des lieux propices à la socialisation et à la fierté civique. Une subvention d’une fondation communautaire peut aider une ville à atteindre ces objectifs en rassemblant un ensemble diversifié de résidents. En soutenant les organisations civiques de la communauté, les résidents peuvent s’impliquer dans la prise de décisions qui profiteront à la communauté.

Centres de désintoxication

Dans une petite ville en voie de disparition, un centre de désintoxication a rouvert ses portes dans le tribunal automobile des années 1930. Les résidents inscrits à ce programme confessionnel s’engagent à se rétablir pendant un an et à rendre des services à la ville. Le centre de désintoxication perçoit ensuite le paiement de ces services. Cela permet de redonner vie à la petite ville. La ville, à son tour, reçoit des revenus bien nécessaires pour le centre de réhabilitation. C’est un exemple de la façon dont un centre de réadaptation des toxicomanes peut faire une grande différence dans une ville.